Archive for Les Lilas / Le Pré Saint-Gervais

Une première victoire pour les opposants à la fermeture de la maternité des Lilas

mater des lilas

Le parti de gauche se réjouit du renoncement de l’ARS au projet de déménagement de la maternité des Lilas à Montreuil. Celui-ci s’accompagne de la couverture du déficit de 2014 annonce la CGT du personnel ce qui est une bonne nouvelle.

C’est la preuve que la mobilisation peut payer. Salariés, syndicalistes, membres du collectif, politiques se sont attachés à démontrer contre les arguments iniques de l’ARS l’absurdité de son projet. C’est maintenant chose faite et c’est une première victoire pour ceux qui luttent depuis si longtemps pour que la Maternité des Lilas reste aux Lilas.

La  lutte des personnels hospitaliers ne peut s’achever avant que la reconstruction matérielle et financière de ce centre ne soit garantie aux Lilas. L’ARS a donné à peine un mois pour présenter un projet viable. La situation d’austérité dans le secteur de la santé imposée par le gouvernement et appliquée par l’ARS oblige les collectivités, elles-mêmes en situation financière tendue, à mettre la main à la poche. Elles s’y sont engagées, nous souhaitons que cet engagement soit confirmé.

Le Parti de Gauche appelle à ce que la solution politique soit concertée avec les salariés de la maternité. C’est la défense des emplois qui est en jeu pour le maintien de la maternité des Lilas afin de répondre aux enjeux de santé publics capitaux de notre territoire .

Une première victoire pour la maternité

Le parti de gauche des Lilas et du Pré se réjouit du renoncement de l’ARS au projet absurde de déménagement de la maternité des Lilas à Montreuil.
La longue lutte du personnel ne peut s’achever avant que la reconstruction ne soit mise en œuvre aux Lilas.
Pour les emplois qui sont en jeu, et pour la garantie du maintien du centre d’orthogénie lié à la maternité, nous espérons et attendons que cette nouvelle se double d’une volonté politique qui permette de débloquer la situation.

Voeu de Mathieu Agostini, conseiller municipal du Parti de gauche relatif à la réforme des rythmes scolaires aux Lilas

Considérant que la Mairie des Lilas a choisi d’appliquer la réforme de l’aménagement des rythmes scolaires à la rentrée de septembre 2014 malgré les grèves des professeurs et le rejet de la réforme par de nombreuses organisations syndicales.

Considérant que le projet de la communauté éducative dit dérogatoire a été refusé par les services de l’Éducation Nationale et que de fait, et malgré le travail accompli, le nouveau projet proposé risque d’être appliqué dans la précipitation.

Considérant les incertitudes que cela fait peser tant en matière d’accueil des enfants, que de transports ou même de contenu des activités périscolaires.

Considérant que le projet tel qu’il a été présenté de facturation des activités périscolaires en cas d’absence comporte un risque important pour les familles.

Considérant que les villes où la réforme est déjà en place nous permettent de constater que l’aménagement des rythmes étant différent dans chaque ville, voire différent d’une école à une autre, et que nous pensons que les rythmes des enfants ne sont pas différents d’une ville à une autre, nous nous éloignons d’une réforme qui traite du rythme adéquat pour les enfants.

Considérant que dans les villes ayant appliqué cette réforme en faisant travailler les enfants cinq matinées d’affilée par semaine, il ressort que les enfants sont plus fatigués et que nous nous éloignons donc d’une réforme dans l’intérêt des enfants.

Considérant que le coût de cette réforme à la charge de la ville et la politique d’austérité du gouvernement, qui se traduit par une baisse continue des dotations, mettent en péril la gratuité du périscolaire dans notre ville, risquent d’amener à des arbitrages défavorables à d’autres services municipaux ou à des hausses d’impôts locaux.

Considérant que le décret complémentaire du 7 mai 2014 portant autorisation d’expérimentations relatives à l’organisation des rythmes scolaires dans les écoles maternelles et élémentaires, pourtant rejeté par le Conseil Supérieur de l’Education, ne concède que quelques assouplissements à la mise en place des nouveaux rythmes tout en renforçant les différences entre communes.

Considérant que le Bureau de l’Association des Maires de France a voté à l’unanimité le 22 mai dernier une position prenant acte de la faible réponse de l’Etat sur les modalités financières, alertant le Gouvernement sur les obstacles rencontrés par un certain nombre de communes en difficulté pour mettre en œuvre la réforme et demandant en conséquence un véritable assouplissement du calendrier et des modalités, rappelant enfin l’Etat à assumer ses responsabilités notamment pour défendre l’intérêt des enfants et ne pouvant pas accepter que soient mises à la charge des communes de nouvelles dépenses non compensées.

Considérant que lors de la réunion du 19 mai dernier, le projet d’application de la réforme aux Lilas a été qualifié publiquement par des membres de la majorité comme étant la moins mauvaise des solutions.

Considérant que Monsieur le Maire a annoncé publiquement lors de la réunion du 19 mai dernier son opposition à cette réforme des rythmes scolaires.

Considérant que nous ne sommes pas opposés à une réforme des rythmes scolaires, qu’il est nécessaire de revenir sur les réformes mises en œuvre par la droite, mais que celle-ci nous semble mettre en péril l’égalité et l’Ecole républicaine en proposant de territorialiser son organisation.

Considérant que plus de 3000 communes ont délibéré contre l’application dans leur ville des décrets relatifs aux rythmes scolaires.

Considérant que tout projet éducatif de territoire introduit la remise en cause de l’instruction publique égale en tout point de la République.

Sur proposition de Mathieu Agostini, Conseiller municipal Parti de Gauche, le Conseil Municipal des Lilas émet le vœu :

Que Monsieur le Ministre de l’Education Nationale Benoît Hamon abroge le décret du 24 janvier 2013 et le décret du 7 mai 2014 relatifs à l’aménagement des rythmes éducatifs de façon à remettre à plat la réflexion et à réaliser une réforme nationale allant dans le sens de l’intérêt des enfants.

Que le Conseil Municipal n’applique pas un nouvel aménagement des rythmes éducatifs tel que proposé par la réforme actuelle.

 

Adresse aux conseillers municipaux des Lilas

Adresse aux conseillers municipaux des Lilas contre l’application des « nouveaux rythmes scolaires »

Par des grèves massives, par des pétitions, enseignants, parents et personnels communaux, aux Lilas et dans tout le pays, avec leurs organisations syndicales, se sont prononcés contre l’application du décret Peillon, ou pour la suspension de sa mise en place dans les communes qui l’appliquent déjà.

3000 communes ont déjà délibéré contre toute mise en place. 22 villes de Seine-Saint-Denis (dont Les Lilas) sur les 40 du département n’avaient pas fait remonter de projet lors du dernier Conseil Départemental de l’Education Nationale avant les élections municipales. Récemment encore, 20 maires communistes et Front de Gauche demandaient dans une tribune à ne pas appliquer cette réforme.

Toutes les communes sont invitées à rendre leur « projet éducatif de territoire », qui renforcerait les inégalités : substitution du temps périscolaire au temps scolaire, confusion entre le rôle des enseignants et des animateurs, entre le service public et le périscolaire, accroissement des inégalités entre les communes, application en fonction des moyens de chaque commune …

Le conseil municipal lilasien sortant se prévalait d’un consensus autour d’un projet « dérogatoire ». Pourtant, il est clair que la communauté éducative rejette le projet du gouvernement. Dans des réunions de « concertation » organisées par la municipalité, des enseignants, des parents, des responsables d’associations ou de syndicats ont fait part de leur crainte de rentrer dans une démarche de concertation qui aboutirait à un projet de territorialisation de l’école. D’autres encore ont essayé, par cette démarche, de trouver les moyens de ne pas appliquer cette réforme.

Ce rejet massif du décret est la raison pour laquelle la majorité des enseignants de la ville étaient en grève, avec leurs syndicats. 500 signataires d’une pétition devant les écoles se sont prononcés contre toute application. Ils ne veulent aucun projet de territoire.

Un nouveau conseil municipal a été élu. Par ailleurs, le nouveau ministre de l’Éducation annonce un « assouplissement » qui maintient le décret de son prédécesseur. C’est le moment d’agir pour faire reculer définitivement ce décret et son application aux Lilas. Nous demandons à l’ensemble des conseillers municipaux qui portent en eux les valeurs républicaines d’égalité de nos enfants à l’école de ne pas adopter de projet éducatif territorial dans le cadre d’une réforme qui porte en elle un accroissement terrible des inégalités scolaires entre les territoires.

Nous soutenons le dépôt d’un vœu au conseil municipal demandant à ne pas appliquer les nouveaux rythmes scolaires aux Lilas.

Premiers signataires publics : Mathieu Agostini (conseiller municipal, membre du bureau national du PG), Fabien Dussud (tête de liste « Unité et résistance » aux élections municipales), Grégory Fernandes (militant POI), Claire Fetet (enseignante, militante PG), Alexandre Herzog (animateur), Irène Kotcheff (syndicaliste enseignante Paul Robert), Patrice Mora (parent d’élève Victor Hugo), Barbara Papadopoulos (co-secrétaire PG Les Lilas-Pré/Saint-Gervais), Manuel Velasco (secrétaire du POI Les Lilas)…

La maternité des Lilas aux Lilas !


La maternité des Lilas… aux lilas ! par Danielle_Simonnet

Le Parti de Gauche soutien la liste « A Gauche Autrement » au Pré-Saint-Gervais

Au Pré-Saint-Gervais, le Parti de Gauche a pris la décision de participer à la construction d’une alternative à gauche en soutenant la liste « À Gauche autrement ».
Ce collectif présent depuis plus d’une dizaine d’années sur la commune rassemble des citoyens désireux de s’engager dans la vie politique locale pour définir et faire vivre d’autres modes de fonctionnement que ceux auxquels la majorité PS sortante nous a accoutumés.

Résolument à gauche, la liste d’A Gauche Autrement dénonce les conséquences des politiques d’austérité et s’appuie sur trois valeurs principales: Écologie, Citoyenneté et Égalité.

Cette liste citoyenne pour les municipales de 2014 est soutenue par le Parti de Gauche, Europe Écologie les Verts, les Alternatifs et le NPA. Elle sera conduite par Catherine Sire.

Manifestation pour la maternité des Lilas du 25 janvier

affiche manif 25 janvier 2014Le Parti de Gauche des Lilas – Le Pré Saint Gervais soutient la lutte collective des personnels et usagers pour la reconstruction aux Lilas de notre maternité.

François Hollande candidat avait promis de ne pas fermer la maternité. Aujourd’hui élu,s il ne tient pas ses promesses. Le Parti Socialiste a beau jeu d’incriminer l’Agence Régionale de Santé. C’est certes elle qui est en charge du dossier mais l’ARS suit les consignes qui lui sont données par la ministre socialiste Marisol Touraine et le premier Ministre Jean Marc Ayrault !

L’argent existe. Que cela soit sur le budget national ou dans les caisses paritaires comme l’IRCANTEC, il existe plusieurs possibilités pour reconstruire la maternité aux Lilas. Seulement cela ne correspond pas au projet d’austérité du PS qui s’attaque aujourd’hui partout aux services de santé, hôpitaux, centres IVG, maternités.

Le Parti de Gauche des Lilas-Le Pré Saint Gervais est opposé au projet de Hollande et de son gouvernement de transférer la maternité à Montreuil. C’est pour faire entendre cette voix là que nous serons présents samedi 25 janvier à Paris à l’appel du collectif.

Une liste commune Europe-Ecologie-Les-verts, Parti de Gauche, Alternatifs, aux Lilas (Seine St Denis, 93)

logos_llaEurope- Ecologie- Les-Verts (EELV), le Parti de Gauche (PG) et les Alternatifs, ont pris la décision de présenter un projet commun aux Lilas (93) lors des municipales de mars 2014.
Ce projet se traduira par une liste commune au 1er tour, « les LILAS AUTREMENT », indépendante du Parti socialiste.

La liste sera conduite par Marie-Geneviève LENTAIGNE, EELV, conseillère municipale aux Lilas, conseillère communautaire à Est-ensemble.

La gestion du maire des Lilas ne répond pas aux enjeux de la citoyenneté participative, de l’écologie, de la situation sociale. La politique municipale devrait illustrer les choix de société qui sont les nôtres, plus solidaires, pour les habitants d’aujourd’hui, pour ceux de demain et après-demain.

Les Lilas, 11 décembre 2013

Pour tout contact :
• Marie-Geneviève LENTAIGNE, EELV, mglentaigne@wanadoo.fr , tel : 06 81 17 45 61
• Mathieu AGOSTINI, Parti de Gauche, mathieu.agostini@gmail.com , tel : 06 76 08 54 83
• Stéphane BELLOY, les Alternatifs, bilno@orange.fr tel :01 43 62 84 80

Aux Lilas, des enfants de familles sans-papiers risquent d’être expulsés

Nous mettons en ligne ici le tract du Réseau Education Sans Frontières (RESF) distribué ces derniers jours dans les rues des Lilas. Les militants du Parti de gauche soutiennent l’action du réseau.

RESF

Lettre au maire des Lilas au sujet de l’armement de la police municipale

Monsieur le Maire,

Lors de la manifestation de soutien à la Maternité, le comité des Lilas du Parti de Gauche a découvert votre décision d’armer la police municipale de la ville à balles réelles. Cette mesure, nous l’avons donc apprise par hasard, comme bon nombre de lilasien-ne-s.

Ce choix, qui vient s’ajouter au déploiement des caméras de vidéo surveillance, relève pour nous d’une profonde dérive sécuritaire. De plus, cette mesure a été prise sans débat au Conseil Municipal : il s’agit là d’un réel déni de démocratie. Un tel choix concerne notre « vivre-ensemble » dans la cité par les risques qu’il peut engendrer : n’aurait-il pas nécessité un débat politique approfondi avec les citoyens plutôt que ce que nous considérons comme un passage en force ?

Nous ne comprenons pas les motifs et les éléments concrets qui justifieraient d’armer la Police Municipale. Quelles seraient leurs cibles ? De qui comptent-ils ainsi se protéger ? Nous ne pouvons que nous interroger alors que nous voyons la Police Municipale armée à balles réelles lors de la Manifestation de soutien à la Maternité des Lilas. Les Lilasien-ne-s ne sont pas des truands et nous sommes persuadés que la discussion, les politiques sociales et la prévention seraient à ce stade, et dans un souci de protection des citoyens, largement plus efficaces aux Lilas que d’armer la Police Municipale.

Les politiques d’austérité conduites par les gouvernements Sarkozy dans un premier temps, puis par le gouvernement de Jean Marc Ayrault ont réduit considérablement les moyens et de fait, la présence de la police nationale. Mais cela ne suffit pas à justifier ce choix. Les mairies ne peuvent être le relais de ces politiques d’austérité et doivent au contraire y résister. D’autres politiques de prévention et de sécurité publique sont possibles. C’est ce que propose le Parti de Gauche des Lilas. Ces revendications doivent être entendues.

Nous demandons notamment :

  • De retirer l’armement à la Police Municipale.
  • Un débat citoyen avec les lilasiens sur la vie dans la cité et les politiques de prévention sociale.
  • D’exiger du gouvernement un renforcement de la Police Nationale de proximité.
  • D’embaucher, si cela s’avère nécessaire, de nouveaux policiers municipaux.
  • De déployer une politique sociale approfondie dans les quartiers qui nécessiteraient une politique particulière de prévention de la délinquance.

Nous nous rendons disponibles pour vous rencontrer et faire entendre nos propositions.

Dans l’attente, Monsieur le Maire, d’une réponse de votre part, soyez assuré de nos salutations respectueuses.

Le Comité du Parti de Gauche des Lilas et du Pré Saint-Gervais.